Voyage

Mevlevihane (mevlevihane) sur la carte des attractions d'Antalya (Turquie)

Pin
Send
Share
Send


Si vous pensiez que Krishnaids ou Haarlem étaient les seules associations religieuses dans lesquelles les célébrations étaient accompagnées de musique et de danse, sachez que vous vous êtes trompé profondément! Le groupe religieux, maintenant connu sous le nom de «derviches tourneurs», a commencé son difficile voyage au XIIIe siècle av. et ne montre pas de signes d'affaiblissement de ses traditions, même aujourd'hui!

Comme nous l'avons déjà mentionné, le culte Mevlevi a été fondé à Konya au XIIIe siècle et s'est rapidement répandu dans tout l'empire ottoman. Comme plusieurs autres sociétés, les Mevlevi ont souligné l'unité de l'homme devant Dieu, quelles que soient ses convictions. Les adeptes associaient leur nom au grand poète mystique et soufi Jalaladdin Rumi (1207 - 1273), que ses disciples appelaient «Mevlana» - ce qui se traduit littéralement par «notre chef». Les fidèles cherchaient à réaliser l'union mystique avec Dieu par le biais de la cérémonie y compris le chant, les prières, la musique et la danse.

Dans les premières années de l'établissement de la République turque, les rassemblements de derviches étaient strictement interdits - les opinions religieuses ultraconservatrices qu'ils défendaient étaient à blâmer. Bien que l'interdiction ait été levée avec le temps, à Istanbul, il n'y a toujours que quelques tekkes (la maison des derviches) qui fonctionnent, et c'est l'un d'entre eux! Beaucoup pensent que Konya est le cœur du Mevlevi moderne. Ce Mevlevihanesi (salle des derviches tourneurs) a été construit par un des hauts fonctionnaires dans la cour du sultan Beyazit II en 1491. Il faisait partie d’un ensemble unique comprenant les cellules des derviches, les chambres du cheikh, une bibliothèque, une cuisine et une fontaine avec de l’eau potable. Le premier cheikh à vivre ici a été Mohammed Shemai Chelebi, le petit-fils du grand Mevlan. En 1776, le bâtiment a brûlé, mais la même année, il a été restauré par le sultan Mustafa III.

Le bâtiment, qui est actuellement fermé pour restauration, est accolé à un ancien cimetière plein de pierres tombales ornées d'inscriptions ottomanes gracieuses. On y trouve également la tombe de Galip-Dede, un poète soufi du XVIIe siècle qui a honoré la rue de la ville. Au sommet des assiettes, il y a des similitudes dans les images de chapeaux - elles sont toutes différentes et dépendent du niveau de statut religieux qu'une personne possédait durant sa vie.

Photo et description

L'un des édifices les mieux préservés de l'ensemble des madrassas est l'édifice Mevlevihan. Jalaleddin Rumi Mevlana est un grand poète et philosophe humaniste soufi, dont les enseignements, développés au XIIIe siècle, étaient tenus par des hommes d'État, des citoyens vénérés et fortunés. "Mevlana" traduit de l'arabe signifie "notre seigneur". Jalaleddin Rumi est mort à Konya le 17 septembre 1273, mais son mausolée a survécu et est considéré comme un lieu saint que les pèlerins visitent en permanence.

La structure, érigée pendant le Seljuk, au XVIIIème siècle a été donnée par le gouverneur près de Mevlevihan - un lieu de rencontre pour les admirateurs de la philosophie Mevlevi. Dans le monastère, ils comprenaient la philosophie de Mevlan et étaient formés au rite principal de Mevlevi, unissant la philosophie du son, de la parole et de l'action. Il existe aujourd'hui une galerie d'art moderne.

Dans la cour du musée-mosquée se trouve une fontaine pour se laver les pieds. Dans la partie supérieure du bâtiment, il y a quatre dômes entièrement recouverts de briques rouges.

Selon la volonté de Mevlan, le festival des derviches danseurs a lieu chaque année en décembre à Konya sous le nom de Sheb-i-Aruz. Les derviches ont canonisé les habitudes du poète, sa manière de bouger et de s’habiller. Le rituel "Sema" (danse de joie des derviches de la fraternité) symbolise le chemin de l'ascension d'une personne au séjour de l'amour divin. La danse est la personnification du voyage mystique de l'esprit humain à travers la conscience et l'amour de Dieu. C’était un rituel religieux mystique au Moyen Âge et, de nos jours, il a encore un but: divertir le public.

Ce festival est considéré comme l'un des meilleurs en Turquie. Chaque année, plus d'un million de touristes se rendent au festival, chacun cherchant à se rendre au temple principal du musée, où se tiennent les principaux spectacles.

Des membres de l'ordre mystique des derviches assistent au festival et s'efforcent avec leur danse de se rapprocher le plus possible d'Allah. Les gradins du stade couvert sont remplis de monde, à l'entrée principale, il y a un choeur et un orchestre, et dans l'arène, un vieux mentor se tient debout sur un morceau de peau de mouton rouge. Près du vieil homme, il y a des novices vêtus de chapeaux en feutre de forme conique et de robes noires. Tout commence par des coups sur les timbales, après le silence dont la salle est remplie par les sons lugubres d’elle (une sorte de flûte). Peu à peu, d'autres instruments se rejoignent et le rythme musical devient progressivement plus intense, comme si on hypnotisait les interprètes et les spectateurs. En ce moment, les derviches enlèvent leurs robes noires et, en chemise blanche, bras croisés sur la poitrine, s'approchent du mentor, la tête penchée sur l'épaule, les baisers, puis s'alignant en colonne, ils se plient. Nous pouvons supposer que le prélude au rituel qui était né il y a plus de sept siècles est terminé.

Les participants au processus commencent à faire partie d’une équipe dirigée par lui seul, à partir du mentor. Littéralement de l'arabe, «derviche» est traduit par «tourbillonnant». Leurs bras sont étendus et leurs têtes sont rejetées. La paume de leur main droite, ils se lèvent et la gauche - en bas.

Pendant la cérémonie, les derviches dansant font le tour de la salle trois fois. Le premier cercle signifie la connaissance de Dieu, le second - la vision de Dieu et le troisième - la vérité de l'unité. Avec environ trois douzaines d'adultes, le garçon danse et il semble que cette merveilleuse performance ne sera pas terminée, mais après dix minutes, le tourbillon s'apaise et les derviches s'agenouillent pour se replonger dans la danse magique. Cela continue au moins cinq fois. Selon les Turcs, il ne s'agit pas d'une danse, mais d'une cérémonie mystique au cours de laquelle les adeptes des enseignements du penseur et poète du Moyen Âge, Rumi, qui participent à la danse, tombent en transe. Ils lèvent leurs paumes pour recevoir la bénédiction de Dieu, et la paume, tournée vers le bas, doit la transmettre à la terre.

La danse des derviches est l’un des traits les plus impressionnants de la vie mystique de l’islam. Elle commence par de longs éloges en l’honneur du prophète (Jalaleddin lui-même a écrit cet hymne), accompagnée d’une étonnante belle musique de beauté et se termine par de courts chants enthousiastes. Le festival s'est tenu sous les auspices de l'UNESCO en 2006, à l'occasion du huit centième anniversaire de la naissance de Jalaleddin Rumi. L'UNESCO a créé la médaille Rumi Jubilee.

Antalya: informations utiles

  • Informations sur la ville
  • Carte d'Antalya
  • Où aller
    • Aéroports (1)
    • Attractions (44)
    • Parcs d'attractions (4)
    • Établissement d'enseignement (1)
    • Chutes d'eau (3)
    • Zoos (2)
    • Musées (4)
    • Parcs nationaux (2)
    • Montagnes (1)
    • Plages (4)
    • Magasins et centres commerciaux (2)
    • Temples, églises et mosquées (6)
    • Ports (2)
    • Festivals, vacances, spectacles (3)
    • Parcs (1)
    • Gares routières (1)
    • Stations de ski (1)
    • Châteaux, palais (1)
    • Funiculaires, téléphériques (1)
  • Réserver un hôtel à Antalya
  • Rechercher et réserver des vols pas chers
  • Avis de touristes
  • Photos d'Antalya
  • Astuces Antalya
  • Q & A
  • Excursions à Antalya

Métro(tramway) Fatih-Expo, arrêt "Ismetpasa Tramvay Durağı"
Le busN ° 210, KL08, arrêt Sinan Mh.

Le monastère de Mevlevi fait partie du complexe de l'objet religieux vénéré des musulmans - le minaret Yivli à Antalya. Le monastère, contrairement à de nombreux autres bâtiments du complexe, a été conservé en très bon état. Le bâtiment a été construit à l'époque des Seljuks, puis transféré aux moines de l'ordre des Dervoes. Ici, ils ont vécu, étudié la philosophie de Mevlan - le fondateur de la doctrine. Le monastère est aussi appelé tekke (lieu de rencontre) Mevlevihan. Aujourd'hui, le bâtiment abrite un hall d'exposition consacré à l'histoire de l'ordre de Mevlevi. Horaires d'ouverture de ce musée: 08h30-19h30.

L'ensemble du complexe du minaret de Yivli occupe une place particulière dans l'architecture et l'histoire islamiques. Outre le monastère de Mevlevi, il comprend: la mosquée Yivli, un minaret, une madrasa, deux mausolées, également réalisés dans le style architectural seldjoukide.

Histoire du cloître

Le bâtiment a été construit au XIIIe siècle (environ - 1225), sous le règne du sultan Kay-Kubad I Ala al-Din. Au XVIIIe siècle, le gouverneur de la ville d'Antalya le remit à l'assemblée des disciples de l'ordre de Mevlevi. Les adeptes de la doctrine ont compris la connaissance et étudié le rite principal - l'unification de la philosophie du son, de la parole et de l'action. La fraternité des adhérents à la philosophie Mevlevi est l’Ordre des Derviches, créé au XIIIe siècle.

Le bâtiment comporte quatre dômes recouverts de briques rouges et une cour dans laquelle se trouve une fontaine pour se laver les pieds. Il y avait des salles pour les derviches dans le monastère et dans la salle, ils réalisaient leur fameux rituel de danse tournante, qui les aidait à entrer en transe.

Ordre des Meveslevs

Le fondateur de l'ordre est Mevlan Jalaladdin Mohammed Rumi (1207-1273), poète, scientifique humaniste et philosophe exceptionnel. Ses idées ont été largement diffusées parmi les hommes d'État et les citoyens respectés. Si les premiers adeptes étaient des immigrants des couches moyenne et inférieure, alors déjà au XIVe siècle, l'élite de l'empire ottoman, y compris les sultans, les rejoignait. L'ordre est l'une des branches du soufisme - un enseignement islamique ésotérique qui prêche l'ascèse et une spiritualité accrue. Le fils du fondateur de l'ordre des derviches poursuivit l'enseignement et contribua à son développement et à sa diffusion.

Les enseignements de l'ordre de Mevlevi sont basés sur l'amour de Dieu, une importance particulière est accordée à la musique, au chant et à la danse lors des rituels. Jalaladdin Mohammed Rumi a estimé que lors du rituel d'une danse tournante, accompagnée de poésie et de musique, l'esprit est capable de se séparer de la chair.

En 1925, le premier président de la République de Turquie dissout la fraternité. En 1954, les activités de l'ordre spirituel des derviches sont autorisées et reprises. Maintenant, la commande est présentée en dehors de la Turquie. Par exemple, le tekke de l'ordre de Mevlevi est apparu dans le Crimée Evpatoria au XVe siècle.

Traditions et coutumes de l'ordre

Les derviches ont été acceptés dans la fraternité après un essai de 1000 jours. Vêtements traditionnels de derviches: manteau noir, vêtements blancs avec une jupe large qui tourne pendant la danse, un haut feutre conique. Il existe une version selon laquelle une cape noire symbolise un cercueil, des vêtements blancs - un linceul et un chapeau - une pierre tombale.

Dans la ville de Konya, où est décédé Mevlan Jalaladdin, fondateur des enseignements, son mausolée a été installé et, chaque année, en décembre, un festival de derviches danseurs - Sheb-i-Aruz a lieu. Le festival attire chaque année plus d'un million de touristes qui souhaitent assister à un spectacle inhabituel devenu moins mystérieux. Au début, l'hymne en l'honneur du prophète, écrit par Jalaladdin lui-même, est lu, accompagné d'une musique étonnante. Le rituel de la danse (les derviches l'appellent "sema") signifie un voyage mystique de l'esprit à travers la conscience et l'amour de Dieu. Si, au Moyen Âge, il s'agissait d'une action secrète, tout le monde peut maintenant s'asseoir dans les gradins et regarder la danse des membres de l'ordre, les rapprochant ainsi d'Allah. La performance est vraiment très spectaculaire et envoûtante: jetant des robes noires aux sons hypnotiques de la musique, un tourbillon de tourbillons dans des vêtements blancs avec de larges jupes de personnes, des bras tendus. Les Turcs disent que pendant la cérémonie, les danseurs tombent en transe et que le rituel n'est pas simplement une danse, mais la transformation des idées en énergie.

Ceux qui veulent en savoir plus sur l'ordre de Mevlevi peuvent visiter le musée du monastère de Galata à Mevlevi à Istanbul.

Comment se rendre au monastère de Mevlevi

Le monastère est situé dans la vieille ville d'Antalya - c'est le district de Kaleici. Les rues de la vieille ville sont destinées aux piétons, il est donc plus pratique de s'y rendre en transports en commun:

  • le bus N ° 210 ou KL08 jusqu’à l’arrêt Sinan Mh. puis marcher environ 7 minutes jusqu'au monastère,
  • métro de surface (rail léger) Fatih-Expo en direction de Expo Tramvay Durağı, descendre à Ismetpasa et marcher aussi pendant environ 7 minutes.

La route des transports en commun à Antalya peut être tracée dans l'application Antalyakart publiée par les autorités de la ville.

Schéma de l'itinéraire à pied de l'arrêt de métro léger au mevlevi tekku:

Si vous préférez un taxi, vous pouvez vous rendre dans les environs de la vieille ville en utilisant les services locaux suivants: 24 taxis, Ataturk Park Taxi, Altinkum Taxi.

Une promenade dans les rues de la vieille ville vous plongera dans l'atmosphère de la Turquie antique et vous aidera à ressentir l'esprit du temps où l'Ordre des Derviches est apparu.

Pin
Send
Share
Send